IdT – Les idées du théâtre


 

Dédicace

Hip[p]olyte, ou Le Garçon insensible. Tragédie

Gilbert, Gabriel

Éditeur scientifique : Blondet, Sandrine

Description

Auteur du paratexteGilbert, Gabriel

Auteur de la pièceGilbert, Gabriel

Titre de la pièceHip[p]olyte, ou Le Garçon insensible. Tragédie

Titre du paratexteÀ Madame la duchesse de Sully

Genre du texteDédicace

Genre de la pièceTragédie

Date1647

LangueFrançais

ÉditionParis, Augustin Courbé, 1647, in-4°

Éditeur scientifiqueBlondet, Sandrine

Nombre de pages4

Adresse sourcehttp://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k71584w

Fichier TEIhttp://www.idt.paris-sorbonne.fr/tei/Gilbert-Hippolyte-Dedicace.xml

Fichier HTMLhttp://www.idt.paris-sorbonne.fr/html/Gilbert-Hippolyte-Dedicace.html

Fichier ODThttp://www.idt.paris-sorbonne.fr/odt/Gilbert-Hippolyte-Dedicace.odt

Mise à jour2013-10-24

Mots-clés

Mots-clés français

Personnage(s)Hippolyte ; Phèdre, Pénélope, Hélène

DédicataireAdmiration d’Hippolyte pour la duchesse et reconnaissance pour sa protection ; conformité des perfections d’Hippolyte et de la duchesse ; supériorité de la dédicataire sur les héroïnes antiques

Mots-clés italiens

Personaggio(i)Ippolito ; Fedra, Penelope, Elena

Dedicatario e PersonaggioAmmirazione d’Ippolito per la duchessa e ringraziamento per la sua protezione ; conformità delle perfezioni di Ippolito e della duchessa ; superiorità della dedicataria sulle eroine antiche

Mots-clés espagnols

Personaje(s)Hipólito ; Fedra, Penélope, Elena

Dedicatario y personajeAdmiración de Hipólito por la duquesa y agradecimiento por su protección ; conformidad de las perfecciones de Hipólito y de la duquesa ; superioridad de la dedicataria sobre las heroínas antiguas

Présentation

Présentation en français

Pour la publication de sa quatrième pièce, Gabriel Gilbert persiste dans sa veine dédicatoire passée, en dédiant son Hippolyte à une illustre dame de la cour, la duchesse de Sully. L’épître adopte de plus le modèle de ses dédicaces antérieures : panégyrique de la duchesse (rehaussé de sa modestie, motif que les dédicaces antérieures ne comportaient toutefois pas) ; portrait d’Hippolyte, présenté comme son semblable ; supériorité, enfin, de la duchesse – non sur le personnage éponyme, mais sur les héroïnes antiques qui l’ont laissé indifférent : Phèdre, Pénélope, Hélène. Si le sujet d’Hippolyte est de natura lié à celui de Phèdre, il semble que cette indifférence du jeune homme à l’égard de Pénélope et d’Hélène soit une invention de Gilbert : ces deux illustres figures antiques ne seraient ici convoquées que pour servir l’éloge de la duchesse de Sully, en résolvant l’impasse de sa comparaison avec un héros masculin.

Texte

À Madame la duchesse de Sully

Madame,

[NP1] Quoique je ne sois pas capable de faire des ouvrages qui durent toujours, je ne laisse pas de me promettre que celui-ci aura cet avantage, puisque je le mets sous votre protection. Le respect que l’on a pour vous s’étendra [NP2] jusques à moi, et votre illustre nom qui est à l’entrée de mon livre servira à immortaliser le mien. On publie partout votre mérite, Madame, et vous êtes admirée de ceux qui sont eux-mêmes admirables. Mais ce qui vous rend plus digne de louange, c’est que vous refusez les honneurs que l’on vous veut rendre : vous vous contentez de les mériter sans les recevoir, et vous fuyez la gloire comme une autre fuirait la honte. Vos vertus sont si éclatantes que je n’oserais entreprendre d’en parler, ni d’accorder votre modestie et la vérité qui sont toujours en querelle : l’une ne veut jamais que l’on vous loue, l’autre assure que l’on ne vous peut assez louer ; l’une vous attire dans la solitude, l’autre vous appelle au cercle et dit que vous faites une des plus belle[s] partie[s] de la plus belle cour du monde. Je voudrais bien avoir assez d’adresse pour réconcilier ces deux vertus ; mais j’en laisse le soin à quelque autre qui s’en acquittera mieux que moi. Je prendrai seulement la liberté, Madame, de vous faire voir le portrait d’un garçon qui vous ressemble. Que ce discours ne blesse pas votre pudeur, celui dont je vous parle n’en manqua jamais, il fut accusé pour en [NP3] avoir trop. C’est le vertueux Hip[p]olyte, ce fils d’une héroïque Amazone, ce jeune héros qui eut toutes les perfections de votre sexe et du sien. Il fut vaillant et généreux, beau et insensible : après avoir tué de sa main le monstre qui ravageait sa patrie, il blessa de ses yeux les plus belles dames de son siècle, et ne ressentit point le mal qu’il leur avait fait. Il ne fut point touché des larmes de Phèdre qui embrasa toute la jeunesse d’Athènes, ni des attraits de Pénélope qui était alors en la fleur de son âge, ni des charmes d’Hélène qui remplissait tous les cœurs et d’amour et de jalousie1. Si ces trois illustres princesses ne se purent faire aimer de ce jeune prince, et s’il leur témoigna toujours de l’indifférence, il n’a pas les mêmes sentiments pour vous, Madame, il trouve que vous avez des perfections qu’elles n’avaient pas, et croit qu’il est plus glorieux de vous servir que d’être aimé d’elles. Il vient perdre auprès de vous la qualité d’insensible, mais non pas celle de respectueux ; il a toujours les mœurs que vous approuvez, et vous ne devez pas craindre de le recevoir dans votre solitude. Il ne vous dira pas les choses que vous ne voulez pas entendre. Souffrez donc, Madame, [NP4] qu’il aille vous rendre hommage jusques à Sully, et daignez l’honorer d’un favorable accueil. Si vous lui accordez cette grâce, votre ville lui sera plus considérable que celle où il a pris naissance, et il préférera l’honneur que vous lui ferez à toutes les louanges qu’il a reçues de la Grèce. Ce n’est aussi que pour cette raison qu’il sort du tombeau, et que les Muses le font revivre2 ; et c’est par là seulement qu’il se croit rendre immortel. Ne lui refusez pas cette faveur, Madame ; autrement vous lui ferez soupçonner que vous êtes vindicative, et que vous le voulez punir du mépris qu’il a fait de votre sexe. Mais il vous supplie très humblement de croire que vous n’y êtes point intéressée, et qu’il eût eu de la vénération pour toutes les dames, si elles vous eussent ressemblé ; au lieu de la froideur et de l’indifférence qu’il a eue3 pour les autres, il n’a que du respect et de l’admiration pour vous, non plus que moi qui serai toute ma vie,

Madame,

Votre très humble, et très obéissant serviteur, Gilbert.