IdT – Les idées du théâtre


 

Dédicace

Antioche, tragédie traitant le Martyre de Sept Enfants Macchabéens

Le Francq, Jean Baptiste

Éditeur scientifique : Déléris, Alban

Description

Auteur du paratexteLe Francq, Jean Baptiste

Auteur de la pièceLe Francq, Jean Baptiste

Titre de la pièceAntioche, tragédie traitant le Martyre de Sept Enfants Macchabéens

Titre du paratexteÀ Monsieur Adam Lermans, receveur général de la ville d’Anvers

Genre du texteDédicace

Genre de la pièceTragédie

Date1625

LangueFrançais

ÉditionAnvers : Hierosme Verdussen, 1625, in-12. (Numérisation en cours)

Éditeur scientifiqueDéléris, Alban

Nombre de pages4

Adresse source

Fichier TEIhttp://www.idt.paris-sorbonne.fr/tei/LeFrancq-Antioche-Dedicace.xml

Fichier HTMLhttp://www.idt.paris-sorbonne.fr/html/LeFrancq-Antioche-Dedicace.html

Fichier ODThttp://www.idt.paris-sorbonne.fr/odt/LeFrancq-Antioche-Dedicace.odt

Mise à jour2013-10-19

Mots-clés

Mots-clés français

GenreTragédie

ExpressionStyle ; maladresse

ActualitéRapports entre les tyrannies d’Antioche et les horreurs du temps présent

AutreEnfance de l’auteur / exil en Flandre

Mots-clés italiens

GenereTragedia

EspressioneStile ; mancanza di destrezza

AttualitàLegami tra le tirannie d’Antiochia e gli orrori del tempo presente

AltriInfanzia dell’autore / esilio in Fiandra

Mots-clés espagnols

GéneroTragedia

ExpresiónEstilo ; torpeza

ActualidadRelación entre las tiranías de Antíoco y los horrores del tiempo presente

OtrasInfancia del autor / exilio en Flandes

Présentation

Présentation en français

Dans la dédicace de sa tragédie Antioche, publiée en 1625 à Anvers, qui appartenait alors aux Pays-Bas espagnols, le frère dominicain Jean-Baptiste Le Francq évoque ses origines françaises, et le départ loin de son pays natal alors qu’il était encore enfant. Dans le contexte politique et religieux de guerres longues (Anvers est en plein cœur de la guerre de Quatre-Vingts Ans, ou révolte des Pays-Bas, qui opposera de 1568 à 1648 les futures Provinces-Unies à la monarchie espagnole), le choix du genre tragique paraît nécessaire pour évoquer, de manière indirecte, les horreurs du temps présent. Les cruautés passées du tyran Antioche, qui fit exécuter sept enfants juifs, rappellent les cruautés commises à l’époque de l’auteur. Le dramaturge développe ainsi des conceptions marquées par la tragédie renaissante et par la pratique du théâtre religieux, et notamment l’idée que la tragédie a pour fonction, par la représentation des malheurs des grands, d’aider le spectateur à supporter ses propres malheurs.

Texte

À Monsieur Adam Lermans, Receveur General de la ville d’Anvers

Monsieur,

{NP1} Après avoir consulté les Muses à qui j’offrirais ce premier nourrisson1, je n’eus qu’une résolution de toutes2 de le présenter au patron des Muses, et Mécenas de la doctrine3 ; sur cette confiance que je vous viens consacrer cette {NP2}tragédie, humble présent. Laquelle j’avoue librement n’être autrement exquise vu qu’elle n’a été éclose que d’un esprit tari d’humeur poétique française ; comme ayant été emporté, et loin écarté dès l’âge de cinq ans, âge de petite, ou de nulle connaissance, du Parnasse Gaulois ses rives paternelles4, et oncques5 depuis nourri qu’à dérobée6 des Muses Françaises. Joint qu’il est produit en un temps du tout contraire aux enfants d’Apollon, qui ne demandent que l’olive, et le laurier, un temps de Mars, et de guerre, entièrement dédié à la sanglante Bellone7. De sorte que ma Muse ayant horreur de tant d’embrasements, tant de meurtres, saccagements, violements, lesquels journaillement8 elle voit co{NP3}mmettre devant ses yeux à l’endroit du pauvre laboureur, et paysan, par une bande mécréante, et abandonnée des Soldats amis, et ennemis : ne prend autre plaisir qu’au déplaisant, et horrible souvenir des cruautés9, et tyrannies d’Antioche, pour les confronter avec celles de ce temps présent10 : et encore tout épouvantée et effrayée de l’inhumain Martyre des sept Frères innocents11, se vient réfugier à l’asile, bénin et doux, de votre bienveillance pour se mettre à l’abri de tant d’inquiétudes12, et tempêtes qui troublent le repos, et paix requise à son esprit : se promettant un recueil13 favorable (ordinaire à votre personne) selon que de tout temps vous avez témoigné à notre famille de Saint Dominique14 {NP4} et partant ne souhaite (comme j’en suis redevable) que vos commandements en toute soumission, et qualité.

Monsieur

De votre très humble Religieux

Fr. Jean Baptiste Le Francq