IdT – Les idées du théâtre


 

Préface

Bajazet

Racine, Jean

Éditeur scientifique : Forestier, Georges et Fournial, Céline

Description

Auteur du paratexteRacine, Jean

Auteur de la pièceRacine, Jean

Titre de la pièceBajazet

Titre du paratexteSans titre

Genre du textePréface

Genre de la pièceTragédie

Date1672

LangueFrançais

ÉditionParis, Pierre Le Monnier, 1672, in-12°

Éditeur scientifiqueForestier, Georges et Fournial, Céline

Nombre de pages3

Adresse sourcehttp://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8610814m

Fichier TEIhttp://www.idt.paris-sorbonne.fr/tei/Racine-Bajazet-Preface1672.xml

Fichier HTMLhttp://www.idt.paris-sorbonne.fr/html/Racine-Bajazet-Preface1672.html

Fichier ODThttp://www.idt.paris-sorbonne.fr/odt/Racine-Bajazet-Preface1672.odt

Mise à jour2014-11-10

Mots-clés

Mots-clés français

SourcesSources orales (récits du chevalier de Nantouillet et du comte de Cézy)

SujetVéritable ; histoire récente ; modification des circonstances

LieuConstantinople ; sérail

Personnage(s)Bajazet ; respect des mœurs orientales

Mots-clés italiens

FontiFonti orali (cavaliere di Nantouillet e conte di Cézy)

ArgomentoVero ; storia recente ; alterazione delle circostanze

LuogoCostantinopoli ; serraglio

Personaggio(i)Bajazet ; rispetto dei costumi orientali

Mots-clés espagnols

FuentesFuentes orales (relato del caballero de Nantouillet y del conde de Cezy)

TemaVerdadero ; historia reciente ; alteración de las circunstancias

LugarConstantinopla ; serralio

Présentation

Présentation en français

Fort du triomphe immédiat de Bajazet sur scène et de la position que lui ont acquise ses pièces précédentes dans le champ théâtral, Racine se contente d’assortir sa nouvelle tragédie, publiée à peine plus d’un mois et demi après sa création1, d’un bref avertissement au lecteur2. Il y répond aux quelques critiques qui circulent en affirmant qu’il a respecté la vérité historique et les mœurs orientales. Pour la première fois il fait le choix, non d’un sujet célèbre, mais d’un sujet tiré de l’histoire turque la plus récente, sans prendre soin de justifier cette singularité. Ne disposant dès lors d’aucune source historique écrite qui authentifierait son sujet, Racine signale des garants bien connus de ses contemporains, dont les récits seraient à l’origine de sa tragédie

Texte

[NP1] Quoique le sujet de cette tragédie ne soit encore dans aucune Histoire imprimée, il est pourtant très véritable. C’est une aventure arrivée dans le sérail3, il n’y a pas plus de trente ans. Monsieur le comte de Césy4 était alors ambassadeur à Constantinople. Il fut instruit de toutes les particularités de la mort de Bajazet ; et il y a quantité de personnes à la cour qui se souviennent de les lui avoir entendu conter, lorsqu’il fut [NP2] de retour en France. Monsieur le chevalier de Nantouillet5 est du nombre de ces personnes. Et c’est à lui que je suis redevable de cette histoire, et même du dessein que j’ai pris d’en faire une tragédie. J’ai été obligé pour cela de changer quelques circonstances6. Mais comme ce changement n’est pas fort considérable7, je ne pense pas aussi qu’il soit nécessaire de le marquer au lecteur. La principale chose à quoi je me suis attaché, ç’a été de ne rien changer ni aux mœurs, ni aux coutumes de la nation. Et j’ai pris soin de ne rien avancer qui ne fût conforme à l’His[NP3]toire des Turcs, et à la nouvelle Relation de l’Empire ottoman, que l’on a traduite de l’anglais8. Surtout je dois beaucoup aux avis de Monsieur de la Haye9, qui a eu la bonté de m’éclaircir sur toutes les difficultés que je lui ai proposées.