IdT – Les idées du théâtre


 

Préface

Tragicomédie pastorale où Les Amours d’Astrée et de Céladon sont mêlées à celles de Diane, de Silvandre et de Paris, avec les inconstances d’Hylas.

Rayssiguier

Éditeur scientifique : Barbillon, Chrystelle

Description

Auteur du paratexteRayssiguier

Auteur de la pièceRayssiguier

Titre de la pièceTragicomédie pastorale où Les Amours d’Astrée et de Céladon sont mêlées à celles de Diane, de Silvandre et de Paris, avec les inconstances d’Hylas.

Titre du paratexteAu Lecteur

Genre du textePréface

Genre de la pièceTragi-comédie

Date1630

LangueFrançais

ÉditionParis : N. Bessin, 1630, in-8°. (Numérisation en cours)

Éditeur scientifiqueBarbillon, Chrystelle

Nombre de pages1

Adresse source

Fichier TEIhttp://www.idt.paris-sorbonne.fr/tei/Rayssiguier-AstreeCeladon-Preface.xml

Fichier HTMLhttp://www.idt.paris-sorbonne.fr/html/Rayssiguier-AstreeCeladon-Preface.html

Fichier ODThttp://www.idt.paris-sorbonne.fr/odt/Rayssiguier-AstreeCeladon-Preface.odt

Mise à jour2012-12-04

Mots-clés

Mots-clés français

SourcesL’Astrée

SujetRéduction d’un sujet romanesque

RéceptionScène / livre

Mots-clés italiens

FontiL’Astrée

ArgomentoRiduzione di un soggetto romanzesco

RicezioneScena / libro

Mots-clés espagnols

FuentesL’Astrée

TemaReducción de un tema novelesco

RecepciónEscenario / libro

Présentation

Présentation en français

Dans ce très court texte placé en tête des éditions successives de la pièce, Rayssiguier évoque le travail qu’il a opéré sur le grand roman d’Honoré d’Urfé, L’Astrée, ici adapté dans son intégralité1. Rayssiguier revient sur la gageure qu’il s’était proposée avec cette adaptation, insistant à juste titre sur la sélection et la réduction de la matière romanesque. En espérant « contenter » son futur lecteur, Rayssiguier reprend sans doute implicitement un argument récurrent des irréguliers, le plaisir ; s’y ajoute cependant une attention particulière à la réduction de la matière et à la disposition de la pièce – deux points qui apparaissent plus volontiers sous la plume des partisans des règles du poème dramatique.

Texte

Au Lecteur                

{NP1}Ces bergers et ces bergères, que j’avais destinés au théâtre seulement, ont été obligés de se produire à un jour plus grand2. Ceux qui entendent la scène, et qui connaissent les vers, s’ils ne sont point intéressés3, y trouveront quelque chose qui les contentera, et sans doute les autres me doivent louer de leur avoir développé4 en deux mille vers deux histoires5 intriquées6 dans cinq gros volumes. Toutefois, Lecteur, tu es libre, et moi de même, Adieu.