IdT – Les idées du théâtre


 

Préface

Régulus, Tragédie dressée sur un fait des plus notables, qu’on puisse trouver en toute l’Histoire romaine

Beaubreuil, Jean de

Éditeur scientifique : Ternaux, Jean-Claude

Description

Auteur du paratexteBeaubreuil, Jean de

Auteur de la pièceBeaubreuil, Jean de

Titre de la pièceRégulus, Tragédie dressée sur un fait des plus notables, qu’on puisse trouver en toute l’Histoire romaine

Titre du paratexteAu lecteur

Genre du textePréface

Genre de la pièceTragédie

Date1582

LangueFrançais

ÉditionLimoges, Hugues Barbou, 1582, in-8°.

Éditeur scientifiqueTernaux, Jean-Claude

Nombre de pages1

Adresse sourcehttp://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k70335w/f11.

Fichier TEIhttp://www.idt.paris-sorbonne.fr/tei/Beaubreuil-Regulus-Preface.xml

Fichier HTMLhttp://www.idt.paris-sorbonne.fr/html/Beaubreuil-Regulus-Preface.html

Fichier ODThttp://www.idt.paris-sorbonne.fr/odt/Beaubreuil-Regulus-Preface.odt

Mise à jour2014-10-15

Mots-clés

Mots-clés français

DramaturgieDivision en actes ; respect des règles

ActionTemps de l’action

ExpressionFrancisation des noms propres

Mots-clés italiens

DrammaturgiaDivisione in atti ; rispetto delle regole

AzioneTempo dell’azione

EspressioneFrancesizzazione dei nomi propri

Mots-clés espagnols

DramaturgiaDivisión en actos ; respeto de las reglas

AcciónTiempo de la acción

ExpresiónAfrancesamiento de los nombres proprio

Présentation

Présentation en français

Dans cette courte épître au lecteur, Jean de Beaubreuil se justifie sur deux points. D’une part, il a choisi de franciser les noms propres de sa tragédie. En cela, il se montre fidèle à une pratique assez habituelle depuis le premier tiers du XVIe siècle et recommandée par la Pléiade. D’autre part, il n’a pas respecté l’unité de temps. S’il s’est autorisé cette liberté, c’est à cause de l’ampleur de la matière historique et parce que d’autres dramaturges n’ont pas hésité à enfreindre cette règle.

Texte

Au lecteur

[NP1] Ami Lecteur, d’autant que1 les noms propres des Romains, et plusieurs autres ont plus de grâce en la Poésie française étant francisés2, que demeurant en leur langue, c’est pourquoi au lieu de Attilius Régulus, et Manlius, j’ai mis Attilie et Manlie. De laquelle licence je n’use écrivant en prose, comme appert3 par l’inscription de cette Tragédie, et par l’Argument d’icelle : toutefois la douceur du son nous guide le plus souvent en écrivant les noms anciens Grecs, ou Romains. Au demeurant pour cause4 des longs intervalles des temps5 qui sont en l’Histoire de Régulus, tu ne trouveras étrange si pour la mieux faire entendre j’ai voulu que les cinq actes (qui parfont6 la tragédie) ne fussent étroitement compassés7 à la forme8 de quelques tragiques trop superstitieux9, qui ont pensé qu’il ne fallait représenter en la tragédie autre chose que ce qui se pouvait faire en un jour10. Car j’ai reconnu (premier qu11’y mettre la main) qu’il ne se pouvait autrement faire. Joint que12 plusieurs doctes personnages de notre temps versant en pareil sujet ont usé de même licence13.