IdT – Les idées du théâtre


 

Dédicace

Doce comedias nuevas del maestro Tirso de Molina. Primera parte de las comedias de Tirso de Molina

Tirso de Molina

Éditeur scientifique : Sbriziolo, Carola

Description

Auteur du paratexteTirso de Molina

Auteur de la pièceTirso de Molina

Titre de la pièceDoce comedias nuevas del maestro Tirso de Molina. Primera parte de las comedias de Tirso de Molina

Titre du paratexteAl Doctor Juan Pérez de Montalbán

Genre du texteDédicace

Genre de la pièceRecueil de Comedias

Date1631

LangueEspagnol

ÉditionValencia, Patricio Mey, 1631 in-4°. (Lien vers l’édition numérisée bientôt disponible)

Éditeur scientifiqueSbriziolo, Carola

Nombre de pages1

Adresse sourcehttp://bibliotecadigitalhispanica.bne.es/view/action/singleViewer.do?dvs=1378567733413~405&locale=fr_FR&VIEWER_URL=/view/action/singleViewer.do?&DELIVERY_RULE_ID=10&frameId=1&usePid1=true&usePid2=true

Fichier TEIhttp://www.idt.paris-sorbonne.fr/tei/Tirso-PrimeraParte-DedicaceMontalban.xml

Fichier HTMLhttp://www.idt.paris-sorbonne.fr/html/Tirso-PrimeraParte-DedicaceMontalban.html

Fichier ODThttp://www.idt.paris-sorbonne.fr/odt/Tirso-PrimeraParte-DedicaceMontalban.odt

Mise à jour2013-11-06

Mots-clés

Mots-clés français

Relations professionnellesRapports entre Tirso de Molina et Juan Pérez de Montalbán

Mots-clés italiens

Rapporti professionaliRapporti tra Tirso de Molina e Juan Pérez de Montalbán

Mots-clés espagnols

Relaciones profesionalesRelación entre Tirso de Molna y Juan Pérez de Montalbán

Présentation

Présentation en français

Dans cette nouvelle dédicace, qui diverge de celle de l’édition de 1627, Tirso dédie ses comédies « Au docteur Juan Pérez de Montalbán »1. On connaît les liens de cordiale amitié qui unissent les deux auteurs, lesquels avaient pris le pli de se dédier des vers et de s’adresser des mots de reconnaissance, dans un esprit d’estime réciproque2. Appelée à se maintenir jusqu’à la mort de Montalbán, leur amitié se serait nouée en 1622, si ce n’est plus tôt ; les deux auteurs se trouvèrent alors réunis dans la capitale pour participer au concours de poésie organisé à l’occasion des fêtes célébrant la canonisation de Saint Isidore, Saint Ignace de Loyola, Saint François-Xavier, Sainte Thérèse d’Avila et Saint Philippe Néri3.

L’extrême concision et la très sobre simplicité de la dédicace – que l’auteur définit lui-même comme un « petit remerciement » – pourrait confirmer, selon moi, le caractère fallacieux du document. De fait, il apparaît relativement étrange que Tirso dédie le recueil, et n’adresse que ces quelques mots ordinaires à un ami cher, et plus encore si nous confrontons le document aux autres paratextes des Partes, où le Mercédaire saisit toujours l’occasion de méditer, dans un style assez rhétorique, sur d’autres sujets, qu’il s’agisse des rivalités littéraires, de l’envie, de l’ignorance, etc. On ne trouve au contraire ici que l’éloge conventionnel du dédicataire à Juan Pérez de Montalbán, dont Tirso reconnaît être « un si zélé partisan », aux côtés de la traditionnelle captatio benevolentiae, qui sollicite la protection de son ami madrilène, tout en lui adressant ses vœux de santé et de prospérité. Il me semble de surcroît que la constante insistance sur cette amitié, en si peu de lignes, et par ailleurs si simples (Tirso se définit en tant que « partisan » et « ami » de Montalbán et la signature reprend l’expression « ami de Votre Grâce »4), pourrait bien être un signe supplémentaire qu’il s’agit en réalité d’une dédicace fallacieuse. Enfin, comme l’a fait remarquer Ruth Kennedy5, Tirso désigne ici de façon formaliste son ami Montalbán comme « Votre Grâce »6, tout en le tutoyant familièrement dans les dizains qu’il lui dédie dans les textes liminaires de Sucesos y prodigios de Amor (Fortunes et prodiges d’Amour, 1624) .

(Traduction de Sylvie Thuret)

Présentation en espagnol

En esta nueva dedicatoria, distinta de la de la edición de 1627, Tirso dedica sus comedias « Al doctor Juan Pérez de Montalbán »7. Es conocida la buena amistad entre los dos autores, que con mutua estima se solían dedicar versos y palabras de reconocimiento8. Esta relación amistosa, que duró hasta la muerte de Montalbán, habría empezado, por lo menos, en 1622, cuando los dos escritores habían coincidido en la capital en el certamen poético organizado en ocasión de las fiestas por la canonización de San Isidro, San Ignacio de Loyola, San Francisco Javier, Santa Teresa de Jesús y San Felipe Neri9. ; La extrema brevedad y sencillez de la dedicatoria -definida por el mismo autor « pequeño agradecimiento »- podría confirmar, en mi opinión, la falsedad del documento. De hecho, resulta bastante extraño que Tirso dedicara solo estas pocas y simples palabras a un buen amigo, sobre todo si comparamos el documento con los demás paratextos de las Partes, en los que el mercedario aprovecha siempre la ocasión para reflexionar, con un lenguaje bastante retórico, sobre otros asuntos : las rivalidades literarias, la envidia, la ignorancia, etc. En cambio, aquí, solo encontramos el tópico elogio del personaje, del que Tirso declara ser « un tan aficionado », junto a la tradicional captatio benevolentiae, con la cual pide al amigo madrileño protección, deseándole salud y fortuna. Además, me parece que el continuo insistir, en tan pocas y sencillas líneas, en esta amistad (Tirso se define « aficionado » y « amigo » de Montalbán y se firma « amigo de V. M. ») podría ser otra señal de que la dedicatoria es, en realidad, falsificada. Por último, como hizo notar Ruth Kennedy, aquí Tirso trata con formalidad a su amigo Montalbán de « Vuestra Merced », mientras en las décimas que le dedica en los preliminares a Sucesos y prodigios de Amor (1624) le trata familiarmente de « tú ».

Texte

Al Doctor Juan Pérez de Montalbán

Por ser estas doce comedias de un tan aficionado de V. M. me atrevo a que salgan a luz debajo de su amparo. Reciba este pequeño agradecimiento de un amigo que le desea mucha salud y aumentos en su persona, cuya vida prospere el cielo.

Amigo de V. M.