IdT – Les idées du théâtre


 

Préface

Cassandre, comtesse de Barcelone

Boisrobert, François Le Métel de

Éditeur scientifique : Ding, Ruoting

Description

Auteur du paratexteBoisrobert, François Le Métel de

Auteur de la pièceBoisrobert, François Le Métel de

Titre de la pièceCassandre, comtesse de Barcelone

Titre du paratexteAu lecteur

Genre du textePréface

Genre de la pièceTragi-comédie

Date1654

LangueFrançais

ÉditionParis, Augustin Courbé, 1654, in-4°.

Éditeur scientifiqueDing, Ruoting

Nombre de pages2

Adresse sourcehttp://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k85871j

Fichier TEIhttp://www.idt.paris-sorbonne.fr/tei/Boisrobert-Cassandre-Preface.xml

Fichier HTMLhttp://www.idt.paris-sorbonne.fr/html/Boisrobert-Cassandre-Preface.html

Fichier ODThttp://www.idt.paris-sorbonne.fr/odt/Boisrobert-Cassandre-Preface.odt

Mise à jour2015-03-19

Mots-clés

Mots-clés français

SourcesVillegas

DramaturgieDisposition

Dédicataire.

RéceptionSuccès

AutrePlaisir de la lecture ; supériorité par rapport à la pièce source

Mots-clés italiens

FontiVillegas

DrammaturgiaDisposizione

Dedicatario e Personaggio.

RicezioneSuccesso

AltriPiacere della lettura ; superiorità rispetto all’opera fonte

Mots-clés espagnols

FuentesVillegas

DramaturgiaDisposición

RecepciónÉxito

OtrasPlacer de la lectura ; superioridad respecto a la obra fuente

Présentation

Présentation en français

Cassandre avait été annoncée par Boisrobert dans l’Avis au lecteur de sa pièce La Folle Gageure ou Les Divertissements de la comtesse de Pembroc1 : « Je t’en promets une dans fort peu de temps que j’ai tirée du même auteur [Lope de Vega], sous le titre de La Vérité menteuse. » S’étant rendu compte qu’il avait alors faussement attribué la source à Lope de Vega, le dramaturge rectifie son erreur dans la préface de Cassandre. Le ton ici n’est plus dithyrambique comme il l’était dans la préface précédente2 : Boisrobert mentionne simplement le nom de Villegas3 et expose un jugement plus sévère qui suggère sa propre supériorité par rapport au dramaturge espagnol, « assez obscur ».

En même temps, Boisrobert profite pleinement de cette courte préface pour faire la publicité de sa nouvelle tragi-comédie. Après avoir d’abord rappelé le succès de Cassandre sur la scène, il garantit que la lecture « sur le papier » apportera autant de plaisir que le spectacle. Il souligne ensuite la beauté de son style et la noblesse du sujet dans des termes habituellement appliqués à des pièces tragiques. Enfin, l’auteur évoque le principal défaut de la pièce source avant d’inviter le lecteur à la comparer avec Cassandre.

Texte

Au lecteur

[NP1] Je m’assure, Lecteur, que cette tragi-comédie que toute la cour et toute la ville ont trouvée si belle sur le théâtre4 ne te paraîtra guère moins agréable sur le papier, et que tu la trouveras aussi bien soutenue par la délicatesse et par la majesté de ses vers que par la dignité de son sujet5. Si Villegas, Espagnol assez obscur qui a été assez heureux pour trouver un si beau nœud6, eût eu la même fortune7 dans le dénouement8, cette seule production l’aurait sans doute9 égalé aux plus fameux inventeurs de sa nation et de son siècle10 . Si, comme cette pièce est assez rare, il arrive par hasard qu’elle vienne à tomber entre tes [NP2] mains11, j’ai la vanité d’espérer que tu priseras peut-être moins les richesses et les profusions de l’auteur que ma petite économie12.